Harpe et violoncelle le 31 juillet

(re)découvrir la harpe

Vous pensez peut-être que la harpe est un instrument un peu suranné, mais Elodie Baile risque bien de vous faire changer d’avis. Pour elle la harpe est une évidence :

« Je dois avouer que je ne sais pas d’où vient ma passion pour la harpe. J’étais trop petite pour m’en souvenir mais j’ai probablement vu une harpiste au travail de mon père, qui est contrebassiste à l’orchestre de l’opéra de Nice. J’ai commencé cet instrument à l’âge de 4 ans. Pour la petite histoire, je disais à mes parents que je voulais faire de la « rape », Mes parents ne savaient pas ce que ce mot voulait dire. jusqu’au jour où j’ai vu une « rapiste » à la télé. Mes parents ont, à ce moment là, enfin compris ce que je souhaitais »

Depuis Elodie est devenue une musicienne talentueuse qui n’hésite pas à jouer un répertoire contemporain car son instrument est très versatile :

« Il existe de pièces très contemporaines issues de divers pays. A la harpe il est possible de jouer un répertoire très varié, un peu comme le piano sauf que l’écriture y est légèrement différente que celle du piano, car à la harpe on ne joue pas avec les petits doigts contrairement au piano. Les touches noires du piano sont jouées en actionnant des pédales sur grande harpe, et des crochets sur harpe celtique. C’est la raison pour laquelle il est difficile de jouer des gammes chromatiques. Cependant, on peut jouer du répertoire et jazz, de variété, de rock, de métal et toutes sortes d’autres styles. Une petite anecdote concernant votre remarque sur ce côté suranné de la harpe. Lorsque j’étais élève au conservatoire de Nice, j’avais discuté avec une personne qui était très surpris de mon choix d’instrument. Il s’était acclamé : « Quoi ! Ca existe encore ça ! ».C’est un peu la raison pour laquelle j’essaye au maximum de faire découvrir mon instrument et montrer d’autres facettes de la harpe. »

Les mélomanes ne peuvent pas ne pas venir

C’est donc l’occasion de redécouvrir la harpe, même si le répertoire du concert sera axé sur la musique de chambre : Schubert, Tourner, Cadals, Saint-Saëns, avec peut-être cependant quelques surprises.

Elle sera accompagnée du violoncelliste Bernard Delire, enseignant, directeur artistique de festivals, il est connu dans la région notamment pour son CD enregistré en septembre 2017 dans l’Abbaye St-André de Villeneuve-lès-Avignon autour des poèmes d’Elsa Koeberlé et de Margrit Jane sur des musiques de Jean-Sébastien Bach ( violoncelle et poésie )

Deux artistes talentueux et confirmés pour un concert à ne pas manquer que vous soyez mélomane ou simplement curieux de découvrir ce duo.

Vendredi 31 juillet, collégiale de Roquemaure à 20h45.

W.L.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s